Les organisations patronales et syndicales se sont accordées sur une augmentation de 25% du salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) et se disent prêtes à l’appliquer début 2023. Si elle est validée par le gouvernement, la mesure doit permettre de répondre au contexte d’inflation mais pour certains syndicats, cette hausse reste insuffisante.

Avec une hausse de 25%, le salaire minimum passerait de 60 000 à 75 000 francs CFA, soit environ 115 euros. Les négociations autour de la revalorisation du Smig ont débuté en juillet dernier entre le patronat et les centrales syndicales. Le but est de faire face à la flambée des prix de première nécessité, conséquence de la pandémie de Covid-19 et de la guerre en Ukraine.

En cas d’accord avec le gouvernement, le patronat pourrait appliquer cette revalorisation dès le 1er janvier prochain. Une nouvelle séance de négociations devrait suivre pour fixer les différentes bases de salaires pour chaque secteur d’activité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici