Armel Hitebe, directeur de publication Politics

Au cours des deux dernières décennies, la Chine a acheminé des volumes croissants de prêts pour financer le commerce, les infrastructures, les PME… Le moment est venu de passer à la vitesse supérieure.

La Chine est souvent perçue comme un prêteur qui se concentre uniquement sur les prêts bilatéraux. Cette image de la Chine est souvent utilisée pour étayer deux récits opposés. D’un côté, les défenseurs de la Chine soulignent les avantages de son approche bilatérale par rapport aux autres prêteurs qui assortissent leurs prêts de conditions politiques. D’un autre côté, les détracteurs expriment des inquiétudes quant au fait que l’approche bilatérale mène à la corruption, au manque de gestion sociale et environnementale, voire à des « pièges de la dette ». Ni l’un ni l’autre n’ont raison.

En fait, la plupart des gens ne comprennent pas qu’au cours des deux dernières décennies, à partir de 2005, la Chine a acheminé des volumes de prêts croissants par l’intermédiaire d’institutions financières africaines (IFA) pour des activités liées au commerce, aux infrastructures, aux PME… Grâce à plusieurs initiatives transversales, à savoir l’Agenda 2063, la ZLECAf et d’autres programmes continentaux et régionaux, les institutions financières africaines peuvent utiliser des solutions structurelles innovantes pour financer des projets transnationaux, dans lesquels le risque est partagé entre les parties.

Au cours des années 2000 à 2020, la Chine a acheminé un total de 4,4 milliards de dollars vers les IFA, avec un pic en 2014 puis en 2018. Cette activité suit une tendance différente de celle des prêts bilatéraux, qui ont connu leur pic en 2016. Le pic des prêts chinois aux IFA en 2014 était principalement dû à l’injection de 2 milliards $ dans un nouvel instrument, l’Africa Growing Together Fund (AGTF), un fonds de cofinancement de la Banque populaire de Chine (PBOC) et de la BAD (Banque africaine de développement), à décaisser sur une période de dix ans.

Depuis 2014 et jusqu’à mi-2022, 43 projets ont été financés par l’AGTF dans les secteurs du transport, de l’eau et de l’assainissement, de l’énergie, de l’agriculture et de la finance, pour un montant de plus de 1,3 milliard $. Citons par exemple le projet d’électrification du Nigeria, qui a permis de fournir de l’électricité à plus de 3,8 millions de Nigérians et de raccorder 681 563 foyers à l’électricité. En revanche, le pic de 2018 a été généré par le cumul de plusieurs prêts à deux autres IFA panafricaines, l’Africa Finance Corporation et Afreximbank. Dans l’ensemble, il est clair que la BAD reste la plus grande IFA bénéficiaire des financements chinois. Toutefois, étant donné que seules six IFA ont reçu des prêts de la Chine, cela signifie qu’il existe un certain biais régional. Par exemple, aucun prêt à des institutions financières d’Afrique du Nord n’a été enregistré, et plusieurs autres banques d’Afrique orientale et australe jouent un rôle crucial sur le continent.

Pourquoi, bien qu’elle ne représente qu’une faible proportion (un peu moins de 3 % du financement bilatéral), la Chine a-t-elle pris la peine de s’écarter du modèle bilatéral au cours des vingt dernières années ? Nous pensons qu’il s’agit d’une réponse aux demandes africaines. À l’exception de l’AGTF, qui met l’accent sur les infrastructures dans un certain nombre de secteurs, la grande majorité de ces transactions ont été classées dans le secteur des banques et de la facilitation du commerce, avec un accent sur les prêts pour le commerce. Depuis le sixième Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), qui a eu lieu en Afrique du Sud en 2015, la coopération sino-africaine est beaucoup plus axée sur le commerce, et le financement régional est essentiel à cet égard, encore plus maintenant avec la ZLECAf (Zone de libre-échange continentale africaine).

La finance chinoise a fait une énorme différence pour ces organisations. Depuis 2017, la China Exim Bank est devenue le septième actionnaire global d’Afreximbank et le premier actionnaire non africain. Elle est la cinquième plus grande source d’emprunts à long terme pour la Trade Development Bank (TDB), avec l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), la BAD et la KfW allemande. La Chine est un actionnaire clé de la Banque, aux côtés de la BAD et d’autres institutions financières internationales. En outre, bon nombre de ces investissements marquent singulièrement la Chine. D’autres partenaires bilatéraux n’ont pas pris de telles parts dans Afreximbank, par exemple. Cependant, alors que l’AGTF est l’un des trois seuls fonds spécialement administrés jamais établis à la BAD, avec certaines règles et procédures spécifiques, le statut d’actionnaire de la Chine reste autour de 3% des contributeurs non africains à la BAD quelque part entre la Norvège et l’Arabie saoudite.

Quelle est la prochaine étape pour la Chine et les IFA ? Ces prêts sont-ils en train de se tarir, comme le prétendent de nombreux commentateurs, en ce qui concerne les prêts bilatéraux ? Nous ne sommes pas d’accord sur ce point. Quoi qu’il en soit, il est crucial de fournir des financements aux IFA qui connaissent mieux le continent que les institutions financières non africaines. Les IFA ont donc le plus de chances de soutenir des projets à travers le continent qui auront le plus grand impact sur la réalisation des objectifs de développement durable de l’Afrique et de l’Agenda 2063, le plan de développement du continent.

Les IFA présentent également certains avantages par rapport aux prêts bilatéraux, notamment sur le continent africain où les besoins en matière d’infrastructures et de commerce transrégionaux sont particulièrement criants. Grâce à plusieurs initiatives africaines transversales, à savoir l’Agenda 2063, la ZLECAf et d’autres programmes continentaux et régionaux, les IFA peuvent utiliser des solutions structurelles innovantes pour financer des projets transnationaux, dans lesquels le risque est partagé entre les parties. La bonne nouvelle est que les tendances de ces vingt dernières années devraient se poursuivre si l’on en croit les engagements pris lors du FOCAC 2021.

À Dakar, le gouvernement chinois s’est engagé à accroître la confessionnalité des prêts, à augmenter le financement du commerce pour soutenir les exportations africaines, et s’est engagé explicitement à renforcer la coopération avec les IFA, notamment la BAD, Afreximbank et d’autres banques régionales, dont la TDB et la Banque de développement de l’Afrique de l’Ouest (BOAD), ainsi qu’à utiliser l’AGTF. La Chine a également annoncé qu’elle allait réaffecter 10 milliards $ de ses droits de tirage spéciaux (DTS) aux pays africains.

Ces droits pourraient, par exemple, être dirigés vers la BAD, soit en tant qu’extension de l’AGTF, soit par le biais des instruments traditionnels de la Banque, dont certains, selon la banque, permettront de multiplier par trois ou quatre ces DTS. En définitive, si le financement des IFA n’a représenté jusqu’à présent qu’une faible proportion de l’ensemble des prêts accordés par la Chine, vingt prêts régionaux ne sont pas comparables à plus d’un millier de prêts bilatéraux –, ces vingt prêts ont néanmoins eu un grand impact jusqu’à présent. Sans doute les financements canalisés à ce jour constituent-ils une série de projets pilotes. Il ne fait aucun doute que le moment est venu de passer à la vitesse supérieure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici