Les autorités de transition maliennes ont moins d’un mois pour libérer les 46 soldats ivoiriens détenus par Bamako. Les dirigeants des États d’Afrique de l’ouest (Cedeao) réunis en Sommet le dimanche 4 décembre 2022, à Abuja (Nigeria) exigent leur libération avant le 1er janvier 2023.

« Nous demandons aux autorités maliennes au plus tard le 1er janvier 2023, la libération des soldats ivoiriens », a indiqué à des journalistes, Omar Alieu Touray, président de la Commission de la Cedeao.

Cet autre développement dans l’affaire des militaires ivoiriens détenus depuis juillet 2022 indique clairement que l’organisation sous-régionale entend se donner les moyens de mettre fin à cette crise entre la Côte d’Ivoire et le Mali.

C’est également un signe d’impatience et d’exaspération de la part des Chefs d’État et de gouvernement qui avaient déjà estimé que Bamako n’avait pas de raisons suffisantes pour faire durer le dossier.

Ils avaient ainsi produit plusieurs déclarations, notamment au terme du Sommet extraordinaire en marge des travaux de la 77e Session de l’Assemblée générale des Nations unies à New-York, pour rappeler le pouvoir malien à l’ordre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici